En ce moment En ce moment

Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment Durable : "Les artisans sont la clé du succès"

Publié par Pierre Lelièvre le
Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment Durable : 'Les artisans sont la clé du succès'
© Manuel Bouquet-Terra

Je m'abonne
  • Imprimer

L'expérimentation E+C- va aussi dans le sens d'une maîtrise de la consommation énergétique et d'une prise en compte du carbone dans les bâtiments. Quel va être le rôle des TPE dans cette démarche ?

L'expérimentation E+C- va bien sur dans cette direction. Elle a débuté sur l'établissement d'un référentiel qui donnera lieu à un retour d'expériences des professionnels. Nous pourrons l'ajuster d'ici 2020 pour le généraliser au travers d'une réglementation environnementale. Progressivement, tout cela va s'insérer dans la rénovation. On va aussi favoriser une chaîne courte pour l'approvisionnement des matériaux, ce que les artisans apprécient. Les artisans ont deux rôles à jouer : inciter les maîtres d'ouvrage à entrer dans le dispositif E+C- et faire part des difficultés qu'ils peuvent rencontrer. Tout cela est rassemblé dans des groupes de travail où se mêlent les professionnels du bâtiment et l'administration. Il faut que les artisans jouent le même jeu pédagogique auprès de leurs clients pour les embarquer dans ce mouvement intéressant.

Le secteur du bâtiment est-il prêt à un tel changement ?

Le secteur du bâtiment est prêt à une évolution de la réglementation dès lors qu'elle sera coécrite. Le référentiel se conduit de manière collaborative entre les professionnels et l'administration. À partir du moment où les organismes professionnels ont la main sur une réglementation et qu'ils ont vérifié la viabilité du modèle économique, ils sont prêts à l'adopter. Ségolène Royal avait fait insérer dans la loi la date de 2018, contre l'avis général. Aujourd'hui il y a des gens qui parlent de 2020 mais il est indispensable d'attendre les retours d'expérience qui permettront d'ajuster sérieusement le référentiel.

"Le crédit d'impôt a eu un effet booster
prodigieux mais il est devenu trop cher.
"


Les aides sont également un levier d'action. La réduction du champ d'application du CITE au 1er janvier 2018 n'est-elle pas un message qui va à rebours de l'objectif que vous portez ?

C'est un sujet complexe puisque nous sommes en train de subir les conséquences de la transformation du CIDD (crédit d'impôt développement durable, NDLR) en CITE en 2014. Ségolène Royal avait, à l'époque décidé de transformer et d'ouvrir beaucoup plus largement le crédit d'impôt. S'il a été construit pour financer des bouquets de travaux à un taux attractif, la rehausse du taux et l'élargissement vers des actions isolées a entraîné un effet d'aubaine. Cette situation n'était pas durable. Le crédit d'impôt a coûté 1,7 milliard d'euros dont 800 millions uniquement pour les fenêtres. On devine bien que l'isolation des combles, la modification des systèmes de chauffage ou l'isolation des murs sont des éléments essentiels. Le crédit d'impôt a eu un effet booster prodigieux mais il est devenu trop cher.

Dès 2019, nous devons ajuster et stabiliser les dispositifs incitatifs sur la durée du quinquennat. Cela permettra de simplifier la vie des professionnels du bâtiment et d'assurer à leurs clients la pérennité des dispositifs d'accompagnement sur toute la durée des travaux. C'est très précieux dans une logique de marketing de l'offre. Enfin, il ne suffit pas d'avoir une offre pertinente, ni une demande bien stimulée, il faut aussi un territoire qui sache accompagner les ménages, leur faire connaître les artisans qualifiés, les aider dans le diagnostic des travaux.

On parle d'une transformation du CITE en prime. Est-ce un signe incitatif pour les ménages ?

Il y a actuellement un travail de remise à plat du CITE. Au 1er janvier 2019, le crédit d'impôt devrait voir son périmètre et son taux modifié par un système de prime, adressée aux ménages dès la réalisation des travaux et non plus un an après. C'est effectivement un signe incitatif qui va rompre l'effet d'aubaine actuellement observé. C'est un signe fort pour les ménages qui ont réellement besoin de cette aide.


La fin de l'interview du président du Plan Bâtiment Durable est en page 3. Au menu : numérique dans le bâtiment et bilan de l'action gouvernementale depuis 2009 >>

Je m'abonne
Pierre Lelièvre

Pierre Lelièvre

Journaliste

Depuis juin 2016, je suis journaliste pour Chef d’Entreprise, Commerce magazine, Artisans mag’. Intéressé par le monde de l’entreprise, j’écris sur tous [...]...

Voir la fiche
Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet