En ce moment En ce moment

La menuiserie Naborienne mise sur l'innovation et les hommes

Publié par le - mis à jour à
La menuiserie Naborienne mise sur l'innovation et les hommes

Depuis qu'Éric Boussert est aux commandes, les effectifs et le chiffre d'affaires de la Menuiserie Naborienne ont été multipliés par trois en moins de trois ans. Pas de miracle, mais des investissements, de la formation, de la méthode et de la curiosité.

Je m'abonne
  • Imprimer

Le carnet de commandes ne désemplit pas, les équipes s'étoffent et la palette des prestations grandit : l'entreprise s'est redressée.

Éric Boussert, d'abord apporteur d'affaires pour ce qui était anciennement les Menuiseries Rucho, se rappelle que la société "n'avait à l'époque pas les ressources nécessaires en interne pour absorber toutes les commandes". Alors, une fois intégré, sa première initiative a été d'investir, en machines et en hommes.

La réussite, il l'attribue en premier lieu à la modernisation. Éric Boussert a misé sur de la menuiserie "de pointe". "Le métier reste manuel mais doit bénéficier des apports des nouvelles technologies", explique Éric.

La Menuiserie Naborienne est désormais équipée d'un logiciel de dessin permettant de basculer les plans d'exécution sur machine numérique : plus simple, plus rapide et plus efficace.

Parallèlement, l'entreprise s'est dotée d'un bureau d'études. Une évolution qui permet à la société, fière d'avoir signé l'aménagement de la loge VIP Monceau au Parc des princes, de proposer la conception de mobilier sur mesure. Un cercle vertueux : la modernisation entraîne de nouvelles commandes qui permettent de créer de nouveaux postes. Bientôt, 14 personnes officieront au sein de la menuiserie.

Cohésion et entraide

Outre les investissements, Éric Boussert estime que c'est aussi la cohésion des équipes qui est primordiale au développement.

"Dès qu'une nouvelle recrue arrive, nous prenons 1 à 2 mois pour l'intégrer. La formation, l'entraide en interne sont capitales. De là naît ensuite un indispensable esprit d'équipe qui doit animer tout artisan", soutient Éric Boussert.

Cette gestion vertueuse s'accompagne d'un effort important en communication et en relationnel. Il a intégré le BNI, réseau d'affaires international qui vise les professionnels souhaitant développer leur réseau et leur business.

Il noue de nombreux contacts lors des réunions hebdomadaires, échange de bonnes pratiques et enregistre de nouvelles commandes qui contribuent à hauteur de 20 % au CA.

Les réseaux sociaux sont aussi de la partie. Linkedin, Facebook et le site Internet participent du développement au même titre que la publicité locale et les salons.

Parallèlement, le dirigeant met en place des pratiques organisationnelles : "Désormais, nous faisons un prévisionnel en charge de travail, en heures, en besoin de main-d'oeuvre pour anticiper les mois à venir. Nous prévoyons les pics et cela permet de ne pas être submergé". Son seul regret est de ne trouver que peu d'apprentis à recruter.

"Il est capital de pouvoir développer le savoir-faire des jeunes en interne, mais ils ne sont pas assez attirés par le métier, sans doute en partie à cause des idées reçues. Pourtant chez nous, ils ne balaient pas plus qu'un autre. Tout le monde s'y met le vendredi soir ", plaisante le patron.

D'autant qu'il y a beaucoup à apprendre à la menuiserie. "Outre le bois, nous travaillons l'acier, le verre et la résine de synthèse Corian, bientôt l'Époxy. Et nous nous formons sans cesse". Un parti pris entrepreneurial qui permet d'envisager un chiffre d'affaires de 1,2 à 1,5 million d'euros d'ici 2020-21.

REPÈRES

Raison Sociale : Menuiserie Naborienne SAS

Activité : Menuiserie, agencement

Localisation : Altviller (Moselle)

Année de reprise : 2016

Dirigeant : Éric Boussert, 37 ans

Effectif : 10 personnes

CA 2019 : 900 k€ (prévisionnel)

Je m'abonne

Kella Weiss

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet