En ce moment En ce moment

Rénoporte ou le marché porteur de la rénovation

Publié par le - mis à jour à
Rénoporte ou le marché porteur de la rénovation

L'histoire des créateurs de Rénoporte est celle d'entrepreneurs hyper spécialisés qui ont su entièrement occuper avec leur marque un marché de niche à fort potentiel.

Je m'abonne
  • Imprimer

Jean-Paul Carreau a été cadre dirigeant de marques de luxe pendant 25 ans. Une donnée biographique qui peut expliquer le succès de son entreprise actuelle. Car, quand il reprend l'entreprise de menuiserie bordelaise de Laurent Bolzer, tous deux décident rapidement d'orienter les choses différemment, et de créer Rénoporte. "Sur tous les chantiers où nous intervenions, il y avait un problème avec les portes d'entrée. Nous avons eu l'intuition qu'il y avait là un marché méritant une spécialisation", se souvient Jean-Paul Carreau.

La rénovation de portes anciennes pose des problèmes très spécifiques, dont l'impossibilité de les emmener à l'atelier, sous peine de laisser les résidences sans sécurité. Au début, les chantiers des deux associés durent trois jours, avec l'obligation de reposer la porte chaque soir. Désormais, le travail s'effectue en une journée, avec deux ouvriers et un camion aménagé. "Les progrès techniques et les innovations ont aidé à raccourcir les délais, mais, surtout, l'expérience nous a permis de systématiser notre compréhension des portes et la réponse à apporter", explique Jean-Paul Carreau.

Rénoporte propose un forfait de 1100€ incluant le rétablissement du fonctionnement originel, l'étanchéité, et l'isolation thermique et phonique. Mais le panier moyen, avec la sécurisation, est de 1850€, et n'a pas varié depuis huit ans. "Une monétisation hors normes dans le milieu pour une journée de menuiserie", souligne le co-dirigeant.

De l'entreprise à la marque

Les clients aussi sont gagnants, car le remplacement d'une porte ancienne coûte au moins 6500 €. Ce différentiel de tarifs explique, selon Jean-Paul Carreau, que le taux de transformation des devis de l'entreprise soit de 80%. La problématique étant de faire savoir que cette alternative, la rénovation, existe.

Les deux entrepreneurs commencent par un système de communication basique: ils distribuent des documents lorsqu'ils voient des portes abîmées. Puis, face au succès, ils font appel à des professionnels. Et ce sont maintenant 15000 à 20000 documents qui sont distribués chaque mois à Bordeaux. S'ajoutent ensuite le bouche-à-oreille, une attachée de presse, la participation à des associations, et un site comptabilisant 2000 visites (de plus de trois pages) par mois.

Le CA est passé de 220 k€ la première année à 330 k€ pour la quatrième. "Mais nous n'étions que deux, rappelle Jean-Paul Carreau. On a ensuite recruté des menuisiers, et on a pu augmenter la production et le chiffre d'affaires." Pour atteindre, en 2019, une capacité de 25 portes par mois, et un CA prévisionnel de 500 k€. Le potentiel du concept est donc démontré. Il est de plus reproductible.

En 2017, Rénoporte devient une marque sous licence. "Il faut un an pour qu'un licencié atteigne sa vitesse de croisière, environ trois portes par semaine, avec un objectif de 250k€ de CA en première année", explicite Jean-Paul Carreau. Avec Laurent Bolzer, ils ont choisi de prendre leur temps, pour solidifier cette démarche.

Et pour l'instant, l'impact financier de leurs quatre licenciés est "dérisoire", ceux-ci ne leur reversant que 8% de redevance. Mais une étude de marché récente leur a appris que le potentiel de la marque sur le marché français est de 40 M€ par an.


Repères

RAISON SOCIALE : RENOPORTE 33.1
ACTIVITÉ : Rénovation de portes anciennes
VILLE : Le Bouscat (Gironde)
DATE DE CRÉATION : Juillet 2011
DIRIGEANTS : Laurent Bolzer, 40 ans, et Jean-Paul Carreau, 65 ans
EFFECTIF : 5 personnes
CA 2018 : 400 k€ (500 k€ prévisionnel 2019)
Je m'abonne

Auriane Velten

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet