En ce moment En ce moment

Muriel Pénicaud : "C'est à travers la formation que nous ferons baisser le chômage"

Publié par le - mis à jour à
Muriel Pénicaud : 'C'est à travers la formation que nous ferons baisser le chômage'

La loi pour la Liberté de choisir son Avenir professionnel, promulguée le 5 septembre, réforme l'apprentissage et la formation professionnelle. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, répond aux questions d'Artisans Mag' au sujet de cette loi.

Je m'abonne
  • Imprimer

Comment expliquez-vous que les entreprises, et en particulier les TPE, PME et PMI, aient des difficultés à recruter les compétences dont elles ont besoin, alors que le taux de chômage reste très élevé en France ?

Muriel Pénicaud : Nous faisons face à un paradoxe : un chômage élevé avec près de 2,5 millions de demandeurs d'emploi et des entreprises qui n'arrivent pas à recruter, faute de compétences. La France souffre donc d'un véritable souci d'ajustement entre l'offre et la demande de travail. La pénurie de candidats s'est paradoxalement accentuée avec l'amélioration de la conjoncture économique en 2017.

C'est pourquoi le gouvernement a lancé un grand Plan d'Investissement dans les Compétences doté d'un montant de 15 milliards d'euros sur 5 ans. Sa mise en oeuvre effective est une de nos priorités en 2019. Il a pour objectif d'accompagner un million de demandeurs d'emploi peu qualifiés ainsi qu'un million de jeunes décrocheurs pour se former à des métiers correspondant aux besoins des entreprises.

J'ai ainsi rendu visite à des stagiaires à Bègles qui se formaient au métier de soudeur ou à celui de plombier numérique qui a émergé avec la révolution digitale. C'est notamment à travers la formation que nous arriverons à faire baisser le chômage.

Quels sont les solutions et les conseils qui peuvent être délivrés aux artisans et aux entrepreneurs pour embaucher, fidéliser et retenir leurs apprentis et leurs salariés ?

Nous avons beaucoup travaillé entre autres avec Bernard Stalter, le Président de l'APCMA pour imaginer comment développer l'apprentissage, une voie de passion et de réussite. Dans la loi pour la liberté de choisir son Avenir professionnel promulguée le 5 septembre 2018, un des volets est consacré à l'apprentissage. Le gouvernement a décidé de soutenir tous les acteurs et notamment les entreprises, grandes ou petites, qui développent l'apprentissage.

Les entreprises de moins de 250 salariés qui forment des jeunes en CAP ou en Bac pro, se verront par exemple verser l'Aide Unique aux Employeurs d'Apprentis soit 4 200 euros pour la première année d'exécution du contrat d'apprentissage et 2 150 euros pour la deuxième année.

En outre, la loi permet désormais d'ouvrir des CFA par les entreprises elles-mêmes pour former des apprentis au plus près de leurs besoins. J'aurai d'ailleurs l'occasion de saluer en février les premières initiatives d'entreprises qui vont ouvrir leur CFA. Pour un employeur, développer l'apprentissage est une démarche gagnant-gagnant qui permet de conquérir des marchés tout en attirant les talents.

En quoi la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, et en particulier le volet sur la réforme de la formation professionnelle, peut-elle contribuer à débloquer la situation de l'emploi en France ?

Aujourd'hui, notre objectif est de transformer un système de formation trop inégalitaire. Seul 1 ouvrier sur 3 a accès à une formation contre 7 sur 10 dans les pays scandinaves. De même, seulement 6 % des ouvriers choisissent de se former alors qu'ils sont 25 % chez les cadres. Or, pour se former, il faut connaître ses droits et les offres de formation. C'est pour y remédier que nous lancerons à l'automne prochain une application mobile qui permettra d'accéder facilement à son Compte Personnel de Formation.

L'objectif est que les 26 millions d'actifs puissent non seulement comparer la qualité des formations grâce aux retours d'expérience d'autres utilisateurs, leur taux de réussite, mais également payer en direct l'offre qui correspond à leurs aspirations professionnelles. Ceux qui le souhaitent pourront se faire accompagner gratuitement sur leur projet grâce à des Conseillers en évolution professionnelle et ce quel que soit le lieu où ils vivent. Visualiser ses droits en temps réel et devenir acteur de son parcours professionnel, tel est l'objectif.

Pourquoi dépense-t-on tant d'argent en France pour la formation professionnelle, sans que les résultats ne soient à la hauteur de cet investissement ?

Le sujet n'est pas le budget mais la pertinence de l'allocation des moyens pour permettre à chacun de se former aux métiers qui embauchent. L'ensemble des réformes que nous menons est guidé par ce souci d'efficacité.

Je m'abonne

Propos recueillis par Delphine Goater

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet