En ce moment En ce moment

Conjoncture : la FFB présente son scénario pour 2019

Publié par le - mis à jour à
Conjoncture : la FFB présente son scénario pour 2019
© ©Volker Kreinacke

Mardi 19 mars 2019, la FFB a rendu publiques ses prédictions pour l'année 2019, ainsi que ses inquiétudes et requêtes auprès de l'Union Européenne.

Je m'abonne
  • Imprimer

Selon la FFB, l'activité immédiate des entreprises de bâtiment ressort à haut niveau sur le début d'année, mais les signes avant-coureurs d'un dénouement moins attrayant sur la fin 2019 se confirment côté logement neuf.

Sur ce segment, les mises en chantier continuent de baisser depuis 2018, de même que les permis. De fait, la FFB conserve sa prévision d'une baisse d'environ 30 000 mises en chantier sur l'ensemble du logement neuf.

La crise sur le marché des locaux commerciaux s'approfondit également. La baisse de la commande en logement neuf se traduirait par l'amorce d'une nouvelle crise du secteur.

Le recul des ventes de logement dans l'individuel diffus a toutefois cessé de s'accentuer. Sur le résiduel non neuf, le redressement se dessine : si les surfaces commencées abandonnent encore une partie, les surfaces autorisées progressent. 2019 devrait donc s'avérer une bonne année pour le non résidentiel neuf. Sur le marché de l'amélioration-entretien en revanche, une relative stabilisation prévaut.

Retour du PTZ

Dans ce contexte, la FFB demande un retour du prêt à taux zéro (PTZ) avec une quotité ramenée à 40% en zones B2 et C, jusqu'à la fin 2021. La fédération demande aussi que la piste du "zonage de projet" pour l'éligibilité au dispositif "Pinel" (dispositif de défiscalisation) soit mise à l'étude par les pouvoirs publics.

Dans un deuxième temps, elle espère la mise en oeuvre rapide du Plan d'investissement volontaire d'Action logement, ainsi qu'une clarification de l'avenir du CITE (crédit d'impôt pour la transition énergétique). Enfin, elle souhaite que la question de l'avenir de la RLS (réduction de loyer de solidarité) soit tranchée au plus vite afin d'éviter un choc d'offre négatif.

Manifeste pour les élections européennes

A l'occasion des prochaines élections européennes, en mai 2019, la FFB compte dévoiler un manifeste, réalisé avec celui de la FIEC (fédération de l'industrie européenne de la construction), articulé en trois axes principaux. D'abord, la volonté de voir toute initiative destinée à renforcer la libre circulation au sein du marché intérieur tenir compte des risques de contournements et fraudes, et de se mobiliser contre la concurrence déloyale.

Ensuite, l'allègement des contraintes règlementaires sur les entreprises (clarification du RGPD ou du règlement sur les produits de construction). Enfin, le renforcement par l'Union Européenne de l'accompagnement des marchés du bâtiment en lien avec les grands enjeux de société tels que la transition écologique, numérique, ou la lutte contre les fractures territoriales. Ceci, dans le but d'éviter une entrée en crise trop rapide du bâtiment.

Quid des formations ?

Autres sujets d'inquiétude : celui de la formation des artisans. La FFB souligne la fin des prises en compte par le FAFCEA (fonds d'assurance formation des chefs d'entreprise artisanale) des demandes de financement alors qu'elle voudrait préserver l'accès à la formation professionnelle. Dans la même mesure, elle attire l'attention sur la tendance à la désaffection croissante des chambres consulaires, que le projet de loi Pacte, avec la régionalisation obligatoire des CMA, pourrait aggraver.

Enfin, elle déplore les nouvelles facilités accordées aux micro-entrepreneurs, et réclame l'exclusion des métiers du bâtiment du champ de la micro-entreprise ou l'interdiction de cumuler cette activité avec celle de salarié dans le même secteur.

Je m'abonne
Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet