En ce moment En ce moment

Pas de carburant, pas d'argent, pas de retraite...

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer

«Sauvez les vitrines, pas les retraites». C 'est le slogan décalé que brandissait un jeune lors d'une manifestation anti-grèves à Chaimbéry en plein conflit social sur les retraites. En Isère, une contre -manif, orchestrée sur le Web par un médecin généraliste, invitait les internautes à « rejoindre la grande e -manif de la majorité silencieuse, qui ne supporte plus le climat insurrectionnel imposé par les syndicats ». Si une majorité de Français soutient le mouvement de protestation contre la réforme, sa radicalisation, en particulier le blocus des raffineries, suscite de plus en plus de désapprobations. La situation risque de tourner au cauchemar pour les dizaines de milliers de commerçants et artisans de notre pays. Le coût de ces grèves pour notre économie serait de 200 à 400 millions d'euros par jour, selon les calculs de la ministre de l'Economie. De façon beaucoup plus concrète, pour des dirigeants de TPE déjà fragilisés par la crise, ce coût pourrait se traduire de la pire façon: un dépôt de bilan. Pour un artisan du bâtiment, une pénurie d'essence, c'est la paralysie pure et simple de l'activité. Pas de carburant, pas d'ouvriers, pas de chantiers, pas de clients, et pas de rentrée d'argent. Il ne faudrait pas perdre de vue que nos entreprises aussi financent nos retraites...

Stéfanie Moge-Masson, Directrice de la rédaction

Je m'abonne

Stéfanie Moge-Masson

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet